La domination dans le domaine du dressage et de l’éducation des chiens

Très souvent, dans le contexte du dressage des chiens, le terme de dominance est associé de façon très négative. Même si l’on peut deviner à quoi se réfère cette attitude négative, surtout dans le domaine de la formation moderne et non violente des chiens par rapport aux méthodes aversives, qui étaient presque courantes autrefois, nous disposons toujours d’une langue et de définitions allemandes valables qui ne peuvent pas être simplement balayées sous la table.

En particulier dans les conférences sur le thème de l’éducation et du dressage des chiens, il ne faut pas transmettre négligemment à un large public quelque chose d’inexact, voire de faux, qui peut par la suite se répandre en demi-vérité comme un feu de forêt et conduire à des malentendus et des discussions inutiles.

La domination en soi doit donc être considérée comme négative – certainement pas !

Tout d’abord, le terme « domination » se retrouve presque plus souvent dans le domaine des animaux/chiens que partout ailleurs, en particulier lorsque l’on effectue des recherches sur les moteurs de recherche Internet – c’est donc ce domaine qui domine ? ???

Il est enseigné que la domination ne se suffit pas à elle-même, mais qu’elle s’exerce entre deux ou plusieurs individus/facteurs/etc. Ah vraiment ? Cette définition supplémentaire est peut-être nécessaire pour éloigner les gens de l’utilisation généralisée du terme « le chien est dominant ». Ce que l’on entend généralement par ces déclarations « occasionnelles » est probablement une situation concrète ou un comportement statistiquement fréquent, mais souvent bien sûr une interprétation erronée ou une mauvaise interprétation de l’humain. Correct, cependant, cette partie de la définition est, bien sûr, peut-être trop évidente pour moi personnellement.

Tout d’abord, examinons la définition de la domination dans le Duden :

  1. Utilisation en biologie (génétique) :
    « la propriété des facteurs héréditaires de prévaloir sur les plus faibles ».

    Un bon exemple, je pense, parce que nous avons ici deux possibilités pour expliquer comment le terme « domination » peut jouer :

    a) Si un gène de « fortes défenses » est, par hasard, dominant par rapport à un gène (récessif dans ce cas) pour une maladie héréditaire grave, par exemple, alors cette dominance a probablement des effets positifs.

    b) Le gène d’une maladie héréditaire grave est dominant par rapport au « gène de robustesse », une conséquence constamment négative de la domination.
  2. a) la domination
    Exemple : « la prédominance du visuel sur l’acoustique ».

    b) dominantes ; prédominance
    Exemple : « la domination du Japon dans le domaine de l’électronique ».

De bons exemples, donc, pour ne pas couvrir le concept de domination comme étant fondamentalement négatif.

Le concept de dominance en psychologie :

Pschyrembel :
« La supériorité ou la recherche de la supériorité d’une personne ou d’un groupe sur des partenaires ou d’autres groupes ».

Cela ne développe pas le terme « supériorité », mais en tout cas ne définit pas fondamentalement quelque chose de négatif.

Mon exemple positif à cet égard : Je suis supérieur à un groupe ou à un individu dans la recherche de solutions créatives et j’assume donc la tâche de nous sortir d’une situation embarrassante.

Wikipédia :
« La domination, en biologie et en anthropologie, désigne un individu ou un groupe d’individus ayant un statut social supérieur par rapport à un autre individu ou groupe, auquel ce dernier répond de manière soumise. Le contraire de la domination est la soumission ou la subordination/soumission ».

Et ici, je m’en tiendrai au sous-titre « biologie » :
« Les hiérarchies de domination se retrouvent chez de nombreux animaux, y compris les primates, mais aussi chez l’homme. L’individu A restreint les droits et libertés de l’individu B et se les concède à lui-même, ce que B accepte. La domination est toujours spécifique à une relation et dépend du temps et de la situation ».

Ici, nous pouvons déjà le voir à partir de la définition :

  • Chaque parent sera dominant envers son enfant (mineur), simplement pour le protéger dans le sens de la responsabilité.
  • Et aussi tout propriétaire de chien, car nos chiens se déplacent avec nous dans une société et ne sont pas autorisés à tout faire.
  • L’État est dominant à mon égard, car il exige de moi une certaine action et restreint certaines libertés par des lois. (Mais en échange, je reçois aussi des droits et des titres).

Là encore, il s’agit d’exemples qui ne peuvent être considérés comme négatifs en soi.

Alors pourquoi le concept de domination dans le domaine des chiens est-il toujours attribué au tyran ? Il est tout simplement erroné, inexact, mal pensé. Il ne devrait pas en être ainsi.

La domination peut être synonyme de leadership positif. La domination positive se manifeste même dans le leadership. La confiance dans le leadership – le leadership a besoin de confiance.

Il existe une fausse domination négative, vraiment « mauvaise », par la violence physique et psychologique, oui, sans aucun doute. Mais elle doit être différenciée de manière critique, surtout lorsque la domination est formulée comme quelque chose de généralement négatif dans la relation homme-chien (ce qui est fondamentalement faux).

Le slogan populaire « Traînez au lieu de dominer » est malheureusement souvent utilisé ici de manière inexacte, notamment en relation avec l’usage physique de la force. Seuls les dresseurs expérimentés et/ou les propriétaires de chiens savent comment distinguer correctement ces deux types de situations.
La transmission des connaissances risque cependant d’être mal ou incorrectement communiquée et malheureusement de se répandre tout aussi rapidement.

La domination négativement associée ne peut être généralisée à la violence physique. Cela arrive trop souvent à mon avis, des exemples comme le lancer alpha ou le pousser vers le bas sont souvent évoqués ici (ce dont personne n’a besoin bien sûr) mais la domination négative peut aussi exister par des moyens non aversifs.

Les meilleurs exemples que j’ai pu observer à quelques reprises par hasard à Vienne. Sur les trottoirs le plus souvent vides ou peu fréquentés, un chien marchait de manière parfaitement subordonnée, la tête en position haute par rapport à son maître, presque en permanence « bien élevé » au niveau du talon.
Pour moi, c’est un exemple de domination négative, parce que réellement inutile. Même dans le sport des chiens de protection ou avec subordination, cela n’est démontré que pendant une certaine période pour l’examen ou l’exposition dans ce genre, et non pas comme un comportement continu « exigé ».
Les malpositions et les problèmes anatomiques semblent être préprogrammés. Il ne s’agit donc pas de la manière dont ce comportement a été formé, l’exiger en permanence est un comportement dominant de l’homme envers le chien, mais n’est généralement pas perçu comme tel (plutôt comme un « mais il est bon »).

De même, la domination sur un chien (plus ou moins selon les individus), que je tiens dans ma main sous forme de morceau de nourriture (friandises) (en tant que besoin biologique fondamental « de manger »), peut dégénérer en violence psychologique lorsqu’elle est mal utilisée.
Ici, il est très important de regarder l’individu : Pour suffisamment de chiens, le morceau de nourriture dans la main de leur maître ou de leur maîtresse ne sera tout simplement pas tangent, mais pour d’autres, il représentera une situation de conflit modérément grave. Pour d’autres personnes, le retrait de l’attention est une « punition » plus importante. Il s’agit toutefois d’un chapitre distinct…

Jusqu’à présent, je n’ai pu trouver aucune définition des termes, propres à la science vétérinaire, qui dépeignent la domination en général et en termes d’éducation/formation comme quelque chose de systématiquement négatif. Si cela existe, j’attends avec impatience les références/sources correspondantes.

Dans le sens où il s’agit de trouver des règles uniformes pour le dressage des chiens, il convient de prêter attention dès le départ à la transmission correcte des connaissances et à la précision de la communication ainsi qu’à l’articulation.

Il faudrait peut-être diviser plus correctement le terme en dominance positive et négative, comme c’est le cas avec le stress (eustress/désartresse), bien que sur le plan purement physiologique il n’y ait pas de différence ici, les effets/conséquences mentaux sont probablement flagrants.

La domination dans le domaine du dressage et de l’éducation des chiens