Entraînement des chiens – Renforcement positif avec de la nourriture (friandises)

C’est aussi un sujet qui crée inutilement des fronts, je pense. Il convient de noter que cet article porte sur des principes et non sur une formation concrète. Il s’agit d’aspects fondamentaux, de communication et parfois de malentendus entre les professionnels du chien, dans l’entraînement et l’enseignement, qui doivent être détaillés et précis afin de maintenir un niveau professionnel à long terme.

Bien sûr, je peux utiliser la nourriture (friandises) comme récompense, distraction, conditionnement, etc., sans aucun doute, même massivement en éparpillant des « charges » entières mais encore une fois – « je n’ai pas à le faire ».

L’alimentation n’est pas le seul moyen de dresser un chien dans le respect du bien-être animal et de manière non aversive. C’est un argument extrêmement utile et, selon les individus, très « lourd » (nourriture/aliments faisant partie d’un besoin biologique de base) pour conditionner les projets. Cependant, une étude a probablement aussi montré que, par exemple, les louanges, les parades, etc. constituent un signal de renforcement positif beaucoup plus important que la nourriture. Je n’ai pas cherché l’étude, je l’ai apprise lors d’un cours en 2019.

Personnellement, j’ai eu le droit de connaître des chiens qui ne se souciaient pas des louanges ou des « câlins », mais la nourriture était LE facteur de motivation. D’autres chiens, enfin, n’étaient que des cas individuels « problématiques », pouvaient même réagir de façon très « sceptique » à l’offre de nourriture, pour ne pas dire plus, ce qui montre clairement que la nourriture (les friandises) ne doit pas être un remède miracle.

De même, nous disposons aujourd’hui de systèmes de dressage de chiens sans paroles, uniquement par le biais du langage corporel.

Nous ne pouvons pas essayer de faire appliquer le système unique et valable avec « toute la force », il y a maintenant plusieurs possibilités et approches et il faut que l’individu le découvre de manière appropriée.

Attention, les dresseurs de chiens utilisent déjà la nourriture de manière très ciblée et habile et ne la laissent généralement pas dégénérer en un approvisionnement permanent en nourriture par le biais de friandises. Il s’agit d’entraînement, de conditionnement, de distraction, etc.

Une formation ou une pratique « correcte » requiert de l’attention et celle-ci ne réussit de manière optimale que concentrée sur une certaine période relativement courte. Mais ce que l’on voit souvent en réalité, c’est un « don de nourriture » plutôt permanent à chaque promenade, ce serait une trop bonne chose pour moi personnellement et je considère même que c’est contre-productif.

C’est peut-être la raison des voix dissidentes, non pas contre le renforcement positif avec des friandises en soi, ni contre la quantité, éventuellement en usage ciblé, mais contre l’administration constante et régulière de nourriture jusqu’à ce qu’elle dégénère en une habituation inintéressante. Je suis d’accord avec cette critique et je pense que le malentendu fondamental est peut-être enterré ici.

Car si j’ai pu apprendre quelque chose des conférenciers et des professionnels du chien, sur les temps passés où les méthodes aversives étaient « naturelles » et « habituelles » dans divers domaines, c’est que même les stimuli négatifs de la douleur perdent leur effet à un moment donné (mais avec des conséquences toujours négatives, alors s’il vous plaît, laissez tomber !) Je pense que ce ne sera pas différent pour la nourriture. Pour obtenir un succès efficace et durable avec les aliments (friandises), je devrai également utiliser cet outil de manière très sélective, afin de ne pas atteindre un plateau inflationniste à un moment donné.

Cependant, ce qui me dérange personnellement, c’est que l’utilisation de la nourriture comme récompense par le biais de friandises est généralement présentée comme exclusivement positive, respectueuse du bien-être des animaux et comme la seule méthode correcte et « bonne ». Je considère que cette généralisation est tout simplement erronée, car on m’a permis de voir des chiens qui avaient montré des signaux de stress très prononcés jusqu’à des signaux d’apaisement très clairs lorsque la nourriture était utilisée pour le renforcement. La nourriture peut être un pouvoir « FORCIBLE » dans la main du propriétaire du chien et cela peut également dégénérer en violence dans la façon de traiter le chien. La violence n’est pas toujours seulement physique, la violence psychologique n’est certainement pas à sous-estimer. Mais encore une fois : c’est possible, mais ce n’est pas obligatoire. Cela dépend simplement de l’individu !

Donc, pour généraliser le fait que le contrôle du comportement par la nourriture (les friandises) n’est généralement que positif et « bon », je trouve cela assez étroit d’esprit et irréaliste, surtout dans le domaine professionnel et je ne parle pas du chien qui ramasse une friandise pour s’amuser, mais de l’utilisation ciblée. En particulier avec les animaux, nous devons faire face à des besoins biologiques de base beaucoup plus prononcés, ce qui peut entraîner un stress énorme pouvant aller jusqu’à la torture. Ici, il faut absolument faire attention ! (ce qui ne signifie absolument pas qu’il faille recourir à la violence physique, il s’agit simplement de prendre en compte le stress psychologique éventuel).

Méthodes aversives :

Je viens de penser à une autre différenciation, peut-être plus philosophique, aux méthodes d’apprentissage aversives. C’est pourquoi je m’intéresse ici avant tout à la délimitation des différentes terminologies.

Tout d’abord, ils n’ont rien à voir avec la manipulation et surtout pas avec le dressage des animaux, mais je voudrais l’examiner dans le contexte de l' »apprentissage ». Alors à tous les professionnels non canins qui lisent ce texte ici : Veuillez ne pas faire usage de la force, de la peur ou d’autres moyens similaires lorsque vous entraînez vos chiens ou que vous travaillez avec eux. Cela ne mène à rien, n’engendre que de la frustration et un comportement d’évitement et vous causera parfois de gros problèmes ! Veuillez y prêter attention très consciencieusement et prendre du temps pour votre chien. C’est une façon purement différenciée de voir les choses afin de ramener à un niveau factuel les excès parfois émotionnels, et surtout les excès d’escalade dans les discussions.

J’exclue maintenant des domaines tels que la police et l’armée, où une différenciation précise doit être faite. Il n’y a pas un seul niveau de violence (physique ou psychologique), elle est, tout comme le concept de domination, en interaction ou est à voir en relation avec l’individu. Bien sûr, il existe des limites claires, il n’est donc pas facile de formuler correctement cette question. Et encore une fois pour clarifier : il n’est pas nécessaire que la « formation de base » travaille avec des moyens aversifs, mais dans les zones opérationnelles, il faudra probablement se préparer à des situations extrêmes !

Je suis préoccupé par une façon différente de voir les choses, qui pourrait permettre une différenciation.

À l’origine, c’est une enseigne du Wolf Science Center d’Ernstbrunn qui m’a donné cette idée :

« Mesures de protection contre les attaques de loups sur le bétail »

« Clôture électrique : provoque un choc électrique très douloureux mais pas mortel lorsqu’on la touche. Les animaux de la ferme sont gardés à l’intérieur de la clôture, les loups et aussi les chiens sont repoussés. Leçon apprise : « Les moutons font beaucoup de mal » « .

Nous devons être clairs sur un point. La douleur (ou la « peur » par exemple) peut avoir un grand effet d’apprentissage. Mais où se trouve la démarcation essentielle avec la violence ?

Je vois cette démarcation dans la nature et la durée des influences ayant un impact négatif.

Si la mère ou le père ont, pour la centième fois, recommandé à l’enfant de ne pas mettre la main sur la table de cuisson parce que cela lui fait très mal, certains enfants vivront probablement encore cette expérience douloureuse. Et ils en tireront des enseignements sans avoir à subir le traumatisme d’une vie entière.
Mais c’était alors un acte « volontaire » ou « maladroit » de l’enfant, la violence (comme cela se produit malheureusement) serait de punir l’enfant avec la plaque chauffante. Cela devrait donc être impensable.

Ainsi, le chien ayant son expérience de la clôture des pâturages n’a pas d’agresseur ou de brute lui infligeant des douleurs au pied levé et il ne peut pas s’échapper volontairement. C’est une différence essentielle.

Si je suis perdu dans mes pensées dans un embouteillage et qu’un véhicule de secours active sa sirène derrière moi, cela me fera probablement peur. Il me donnera l’alerte et me réveillera. C’est pour cela qu’il est là. Une personne saine d’esprit ne devrait pas subir un traumatisme de toute une vie ici. La violence serait le résultat d’un bruit permanent, auquel on ne peut pas échapper.

L’apparition d’une « situation de peur » n’est donc pas forcément immédiatement assimilée à de la violence. Ici, je peux aussi faire référence aux chercheurs sur le sommeil qui décrivent clairement les effets négatifs et physiologiques des réveils, est-ce que nous changeons cela ou est-ce que nous l’avons « accepté » ? Donc, fondamentalement négatif, mais « tragique » ? Ou peut-être à considérer à nouveau individuellement ?

Il faut donc établir une distinction claire entre les actions (récurrentes) faisant partie des méthodes de formation et les actions contextuelles. Et c’est extrêmement important pour moi ici.

Parce que je pouvais déjà observer comment les gens n’osaient plus réagir correctement lorsqu’il s’agissait de situations problématiques avec leurs chiens. Parce que la « non-violence » est tout simplement mal communiquée et parfois presque comme une épée de Damoclès sur le nouveau monde des chiens. Bien sûr, vous devez tirer votre chien d’une situation dangereuse en le tenant en laisse pour éviter quelque chose de pire. Cela ne signifie pas que vous étranglez ou contractez votre chien si vous tirez sur la laisse. Vous ne voulez pas apprendre quoi que ce soit à votre chien et vous le faites régulièrement. Et bien sûr, un cri fort peut aussi être approprié pour éviter le danger. Cela n’a rien à voir avec la violence et certainement pas avec les méthodes de formation. Il s’agit d’agir dans un temps limité, vous n’avez pas besoin de commencer à déterrer des friandises. Mais il est évident qu’il faut une éducation appropriée et une médiation exacte pour comprendre la différence entre une éducation non violente et le fait d’agir dans certaines situations. En fait, cela a peut-être été perdu.

Il est possible qu’il y ait une certaine peur ou honte à être considéré comme une personne qui glorifie la violence. Principalement parce que les gens aiment présumer d’une situation momentanée sur un comportement général. Curieusement, le savant « observer <> interpréter » est alors à nouveau oublié et hâtivement interprété et généralisé, que ce soit en enfer ou en haute mer. J’ai également été autorisé à observer cela et heureusement très vite à leur montrer le miroir.

Ce que nous ne voulons pas pour le dressage des chiens, parce que cela serait contre-productif, surtout à long terme n’aurait aucun effet (positif), n’a rien à voir avec les actions et réactions spontanées dans la vie quotidienne des chiens.

« Dissection » J’aime faire ces choses, parce que la communication la plus exempte d’erreurs possible me semble importante, pour pouvoir rendre ce sujet émotionnel autour du chien un peu plus factuel, surtout dans le domaine où des personnes expérimentées ayant des points de vue différents échangent.

Parce qu’il ne peut pas s’agir de professionnels qui se tortillent la culotte alors qu’il se passe de vraies merdes au jour le jour. Il ne faudrait pas non plus que tout soit mal dit lorsque les gens s’attaquent à des « chiens à problèmes » et que pratiquement toutes les méthodes (qui ne sont certainement pas répugnantes) sont critiquées et que, quoi qu’il arrive, il ne s’agit que du « pauvre chien » et on oublie qu’une personne complètement différente a créé ce problème. Il est assorti de termes tels que « impuissance acquise » sans que les gens ne comprennent (de façon dramatique) ce que cela signifie réellement. Alors, suivez le lien « Expérience sur l’impuissance apprise chez les chiens » sur Wikipédia, lisez, comprenez et ne perdez pas de vue quelque chose. Je condamne d’ailleurs ce projet expérimental, ma grand-mère aurait pu me dire le résultat sans une telle « expérience ». Un paternalisme insensé et des je-sais-tout, alors que les vidéos vraiment radicalement débiles (par exemple, l’entraînement au rappel avec collier à électrochocs) sont autorisées à exister avec âme sur YouTube.

Je ne suis pas entièrement satisfait de mon écriture ici non plus, car je me demande si ce que j’essaie de transmettre passe. Mon intention est d’amener les professionnels du secteur canin, qu’ils soient issus de la pratique et/ou de la recherche et de l’enseignement, tout comme les personnes d’autres professions liées aux animaux, à se retrouver de plus en plus à un niveau commun, car si Mami et Papi se disputent, alors les enfants suivront leur propre voie ? ???. Au fond, les opinions ne divergent pas sur des points aussi sérieux, il s’agit seulement de subtilités et de la liberté de choisir parmi ce qui est possible, au lieu de simplement essayer de donner une direction.

Ce texte ne peut « fonctionner » que si les lecteurs sont prêts à sortir des sentiers battus et à considérer que nous avons affaire à de nombreux chiens et propriétaires différents dans notre société. Différentes races ainsi que des chiens provenant de refuges pour animaux, des chiens maltraités et des chiens « parfaitement » socialisés avec une nurserie fantastique et sans stress.

Entraînement des chiens – Renforcement positif avec de la nourriture (friandises)