Chiens, gibier et chasseurs

Un sujet sur lequel je peux être bref, pour changer.

Les animaux de compagnie ne seront pas abattus. Point final. On ne les attrape pas non plus et on leur tire dessus dans le piège. Malheureusement, il y a des gens qui ne sont pas tout à fait à la hauteur mentalement et qui essaient de compenser les insuffisances réprimées dans un comportement morbide à dangereux (même envers les gens). C’est un sujet aux multiples facettes, avec des excès vraiment déviants.

Cela ne signifie pas pour autant que je suis contre la chasse en tant que telle. Pas du tout. J’ai aussi rencontré de grands chasseurs, de « vrais » chasseurs qui ne tirent pas sur des animaux pour le plaisir ou pour la chasse au trophée. Je ne vois rien de mal non plus à ce que ce soit un événement « social ». Ici, une réflexion est déjà en cours et les maîtres d’association réclament de plus en plus une chasse correcte et décente lors des manifestations, comme j’ai pu le constater en Styrie, par exemple.

Mais il n’y a pas non plus de justification, si les chiens précipitent les animaux sauvages à la mort et éventuellement encore en larmes. Les propriétaires de chiens qui autorisent une telle chose « activement », voire s’amusent avec elle ou même la forcent, appartiennent bien sûr au compte. Là-bas, il faut absolument comprendre les chasseurs et les chasseuses. Et je parle de véritable chasse, non pas qu’un chien chasse un troupeau de corbeaux, qu’il n’attrapera pas de toute façon.

Seul le chasseur peut très bien savoir si l’animal a échappé à quelqu’un involontairement, s’il s’est arraché de la laisse du chien ou si c’est simplement un fou qui l’a tenu. Nous tuons et mangeons du gibier, mais pas des animaux domestiques, du moins sous nos latitudes. Par conséquent, le législateur doit interdire la mise à mort d’animaux de compagnie par des chasseurs ou imposer des sanctions plus strictes à ces « professionnels » pour de tels incidents. Je suis d’avis que cela est de toute façon réglementé dans la loi autrichienne sur la protection des animaux, car l’abattage d’animaux domestiques ne correspond guère à « l’exercice de la chasse », qui constitue une exception de la TSchG. En règle générale, les animaux de compagnie s’échappent ou s’enfuient tout simplement et il n’est pas justifié ici d’infliger des dommages émotionnels à quelqu’un parce qu’il tire sur un animal de compagnie par « rage et colère ».

Tant que je ne me dis pas végétalien, je ne peux pas m’opposer à la chasse. Personnellement, je préfère cela à la mort dans un abattoir, mais c’est un autre sujet. Cependant, tout propriétaire d’animal de compagnie devrait réfléchir à la provenance de la nourriture de son animal bien-aimé avant de dire du mal des chasseurs en général. Nous devons tous faire attention à ne pas mettre les animaux dans le même panier. Dans l’abattoir, on ne se fait pas câliner à mort.

Et si tous ces arguments ne suffisent pas, il est clair que les animaux de compagnie créent plus d’emplois et de production économique que les dommages causés par des « accidents » occasionnels avec des animaux sauvages.

Il est important d’entendre les deux parties, de montrer sa volonté d’écouter et de comprendre. Dans les zones de loisirs locales, je le vois avec la chasse, qui n’est en fait qu’un problème. La protection des animaux, également dans le contexte de la mise à mort, par exemple par la chasse, doit bénéficier d’une priorité absolue et inconditionnelle dans tous les cas, sinon il ne peut y avoir de consensus approximatif. Ici, il faut y prêter attention dès la formation et le contrôle. Nous avons besoin de chasseurs à la gâchette facile aussi peu que de terroristes !

Chiens, gibier et chasseurs